Mardi 24 juillet

 Musique de Chambre

L’année 2018 est riche en commémorations de naissances comme de disparitions.

Ce spectacle mêlera des œuvres de Debussy, Mozart, Ravel, Brahms, mais aussi Couperin, Franck et Bernstein dont nous fêtons le centième anniversaire de sa naissance. Extraits d’œuvres françaises et étrangères sous formes de trio, quatuor et quintette avec piano.

Piano : Suzana Bartal et Jean Yves Sébillotte.

Violon : Guillaume Latour et Shuichi Okada.

Alto : Léa Hennino.

Violoncelle : Aurélien Pascal.

Clarinette : Christian Chiron.

Concert gratuit

A 19h30,  Parvis de la Cathédrale Saint-Siffrein

Helvetica Light est une police d'écriture claire, facile à lire. Les lettres sont étroites et hautes et s'adaptent à tous les types
de sites.

Programme

CONCERT MUSIQUE DE CHAMBRE

 Mardi 24 juillet 2018

 

Ravel : Quatuor à cordes en fa majeur op 35 dernier mouvement, « vif et agité »

                Violon, Guillaume Latour, Shuichi Okada, violoncelle Aurélien Pascal, alto Léa Hennino

 

Liszt: Sonate  Années pèlerinage, 2ème voyage, l’Italie

                            Après une lecture du Dante, Fantasia quasi sonata

                                  Piano Suzana Bartal

 

Rossini : Quatuor à vents n°5 en ré majeur.

                   Clarinette Christian Chiron, flute Michel Barruol Basson Marc Boyer, cor Luc Valckenaere

 

Mendelssohn : Trio piano en D minor op 49 Piano, violon, violoncelle.

                          Premier mouvement

                               Piano Suzana, violoncelle Aurélien Pascal, violon Shuichi Okada

 

Scott Joplin : Wall Street Rag.

                             Piano Jean Yves Sébillotte

 

Claude Debussy : Children’Corner, Golliwgg’Cake-walk

                                     Piano Jean Yves Sébillotte

 

Mozart : Quintette pour piano et instruments à vents en mi-bémol majeur K452

                Premier mouvement

                   Piano Jean-Yves Sébillotte, clarinette Christian Chiron, flûte Michel Barruol

                   Basson Marc Boyer, cor Luc Valckenaere

 

Brahms : Trio in A minor op 114 pour clarinette, violoncelle et piano

                    Premier mouvement

                    Piano Suzana bartal, clarinetteChristian Chiron, violoncelle Aurélien Pascal

 

Eric Tanguy : Spirales Piano violoncelle

                              Piano Suzana Bartal,  violoncelle Aurélien Pascal                                    

 

Brahms : Quartet avec piano n°1 op 25 Final «Rondo  alla Zingarese”  Presto « 8’30 »

                     Piano Suzana Bartal, violon Shuichi Okada, violoncelle Aurélien Pascal, alto Léa Hennino

Suzana Barta-Musique aux étoiles
Suzana Bartal

Suzana Bartal s’affirme comme l’un des talents montants de sa génération. Son jeu a été décrit par le Bonner Anzeiger comme étant “perlé dans le toucher et d’une précision absolue”. Ses concerts l’ont menée dans des salles prestigieuses telles que le Beethoven-Haus de Bonn, la Salle Pleyel et Radio France à Paris, le Merkin Hall à New York ou Milton Court à Londres et elle a réalisé des enregistrements sur France Musique ou encore le West Deutscher Rundfunk (WDR). Elle a été invitée à se produire dans des séries importantes comme celle de l’Opéra de Vichy, le festival « Classique au Vert » à Paris, le Palazzetto Bru Zane à Venise, le Kaposvar Chamber Music Festival ou encore à Schloss Elmau.

Cette saison elle est notamment invitée au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, au Festival d’Evian, au Festival de Besançon, au Festival Berlioz ou encore ou Turku Music Festival (Finlande).

Son premier album dédié à la musique de Schumann est sorti en mars 2016 chez Paraty (Harmonia Mundi distribution) et a été chaleureusement accueilli par la presse. Le disque a été « Coup de coeur » sur Radio France Internationale et Bertrand Boissard a écrit dans la revue Diapason : “La profondeur de son toucher se mêle à la richesse des textures (…) le jeu se caractérise par sa douceur, séduit par sa plastique (…) assurément, une musicienne.”

En janvier 2015, Suzana a fait des débuts remarqués dans le Concerto de Grieg avec l’Orchestre Avignon-Provence sous la direction de Wolfgang Doerner alors qu’elle remplaçait Marie-Josèphe Jude au pied levé. Sa prestation a été acclamée par la critique: “Dès qu’elle pose les mains sur le clavier l’artiste impose une personnalité fort marquée. Son toucher est sûr, elle fait preuve d’une parfaite technique et joue avec une simplicité absolue des pages d’une grande complexité. Sa sonorité est puissante et lumineuse (…)” – La Marseillaise.

En 2013, Suzana Bartal a remporté le concours New York Concert Artists Concerto Competition et a fait ses débuts avec orchestre à New York. Elle a également gagné le Woolsey Concerto Competition, ce qui lui a permis de se produire avec orchestre sous la direction de Peter Oundjian. En 2010, Suzana est devenue finaliste du concours international de Campillos (Espagne) et a remporté les plus hautes distinctions au concours “Le Muse” à Agropoli (Italie) en 2007, ainsi qu’au Concours International d’Ile de France en 2006. Elle a été sélectionnée pour se produire avec l’orchestre Kysucka de Slovaquie lors de sa tournée en Italie. Lauréate de la bourse de la Yamaha Music Foundation of Europe, Suzana a également bénéficié du soutien de la Fondation Nadia et Lili Boulanger, ainsi que de l’ADAMI et de la Williamson Foundation.

La vaste étendue du répertoire de Suzana comprend des oeuvres pour piano solo, des concertos, mais aussi de nombreuses pièces de musique de chambre qu’elle défend avec une égale passion. Elle s’est produite dans de nombreux pays dans le monde : en France, Allemagne, Hongrie, Roumanie, Espagne, Italie, Belgique, Hollande, au Royaume-Uni, ainsi qu’aux Etats-Unis, en Chine et au Japon. En 2008 elle est invitée à donner un récital à l’Auditorium du Musée d’Orsay à l’occasion du centenaire de la naissance d’Olivier Messiaen. Elle apparaît dans de nombreuses émissions sur France Musique (La Matinale, Génération Jeunes Interprètes, Le mardi idéal d’Arièle Butaux, Chambre classique…) et sur Radio Classique (Passion classique d’Olivier Bellamy, Le journal du classique de Laure Mézan…) , RTBF Belgique, ainsi que la radio et la télé hongroise et roumaine.

Suzana est aussi une interprète très enthousiaste de la musique contemporaine et a collaboré avec d’illustres compositeurs de nos jours, tel Thomas Adès et Eric Tanguy, dont elle a fait notamment la création mondiale de la “Rhapsodie” pour alto et piano avec Lise Berthaud au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence. Cette création a été décrite comme étant d’une “virtuosité jubilatoire” par Thierry Hillériteau (Le Figaro).

Très active aussi comme chambriste, Suzana se produit notamment avec les violoncellistes Henri Demarquette, István Várdai, Benedict Klöckner, Claudio Bohorquez, Aurélien Pascal et Yan Levionnois, les violonistes Kristóf Baráti, Josef Spacek, Alina Pogostkina, Rosanne Philippens, Alexandra Soumm, Déborah Nemtanu, Guillaume Sutre, Mayu Kishima, les altistes Lise Berthaud, Adrien Boisseau et Manuel Vioque-Judde, la soprano Karen Vourc’h, le clarinettiste Pierre Génisson, le Quatuor Zaïde et des musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Vienne, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, du Concertgebouw d’Amsterdam ou de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam.

Née en 1986 à Timişoara (Roumanie) dans une famille d’origine hongroise, Suzana Bartal a commencé ses études musicales dans sa ville natale. Trois ans plus tard, elle devient lauréate de concours nationaux et internationaux et donne son premier récital solo à l’âge de 12 ans. A 13 ans, elle apparaît pour la première fois en soliste avec orchestre. En 2005, elle décide de s’installer en France où elle étudie avec Denis Pascal, Pierre Pontier et Florent Boffard à Paris et à Lyon au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse. Entre 2011 et 2014 Suzana s’est perfectionnée auprès de Peter Frankl à l’Université Yale aux Etats-Unis. Elle y obtient son doctorat en interprétation (Doctorate of Musical Arts). Suzana a été distinguée par le Prix d’excellence Harriet Gibbs de l’Université Yale et a également enseigné à cette université en 2013 et 2014. 

Suzana a reçu les conseils de nombreuses personnalités du milieu musical qui ont influencé son parcours musical, comme A. Schiff, L. Fleisher, P. Lewis, M. Pressler, JC Pennetier, M. Raekallio ou encore les Quatuors Ysaÿe, Tokyo et Emerson en musique de chambre. Elle a été sélectionnée plusieurs fois pour le prestigieux festival International Musician’s Seminar Prussia Cove au Royaume-Uni.

Suzana Bartal s’affirme comme l’un des talents montants de sa génération. Son jeu a été décrit par le Bonner Anzeiger comme étant “perlé dans le toucher et d’une précision absolue”. Ses concerts l’ont menée dans des salles prestigieuses telles que le Beethoven-Haus de Bonn, la Salle Pleyel et Radio France à Paris, le Merkin Hall à New York ou Milton Court à Londres et elle a réalisé des enregistrements sur France Musique ou encore le West Deutscher Rundfunk (WDR). Elle a été invitée à se produire dans des séries importantes comme celle de l’Opéra de Vichy, le festival « Classique au Vert » à Paris, le Palazzetto Bru Zane à Venise, le Kaposvar Chamber Music Festival ou encore à Schloss Elmau.

Cette saison elle est notamment invitée au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, au Festival d’Evian, au Festival de Besançon, au Festival Berlioz ou encore ou Turku Music Festival (Finlande).

Son premier album dédié à la musique de Schumann est sorti en mars 2016 chez Paraty (Harmonia Mundi distribution) et a été chaleureusement accueilli par la presse. Le disque a été « Coup de coeur » sur Radio France Internationale et Bertrand Boissard a écrit dans la revue Diapason : “La profondeur de son toucher se mêle à la richesse des textures (…) le jeu se caractérise par sa douceur, séduit par sa plastique (…) assurément, une musicienne.”

En janvier 2015, Suzana a fait des débuts remarqués dans le Concerto de Grieg avec l’Orchestre Avignon-Provence sous la direction de Wolfgang Doerner alors qu’elle remplaçait Marie-Josèphe Jude au pied levé. Sa prestation a été acclamée par la critique: “Dès qu’elle pose les mains sur le clavier l’artiste impose une personnalité fort marquée. Son toucher est sûr, elle fait preuve d’une parfaite technique et joue avec une simplicité absolue des pages d’une grande complexité. Sa sonorité est puissante et lumineuse (…)” – La Marseillaise.

En 2013, Suzana Bartal a remporté le concours New York Concert Artists Concerto Competition et a fait ses débuts avec orchestre à New York. Elle a également gagné le Woolsey Concerto Competition, ce qui lui a permis de se produire avec orchestre sous la direction de Peter Oundjian. En 2010, Suzana est devenue finaliste du concours international de Campillos (Espagne) et a remporté les plus hautes distinctions au concours “Le Muse” à Agropoli (Italie) en 2007, ainsi qu’au Concours International d’Ile de France en 2006. Elle a été sélectionnée pour se produire avec l’orchestre Kysucka de Slovaquie lors de sa tournée en Italie. Lauréate de la bourse de la Yamaha Music Foundation of Europe, Suzana a également bénéficié du soutien de la Fondation Nadia et Lili Boulanger, ainsi que de l’ADAMI et de la Williamson Foundation.

La vaste étendue du répertoire de Suzana comprend des oeuvres pour piano solo, des concertos, mais aussi de nombreuses pièces de musique de chambre qu’elle défend avec une égale passion. Elle s’est produite dans de nombreux pays dans le monde : en France, Allemagne, Hongrie, Roumanie, Espagne, Italie, Belgique, Hollande, au Royaume-Uni, ainsi qu’aux Etats-Unis, en Chine et au Japon. En 2008 elle est invitée à donner un récital à l’Auditorium du Musée d’Orsay à l’occasion du centenaire de la naissance d’Olivier Messiaen. Elle apparaît dans de nombreuses émissions sur France Musique (La Matinale, Génération Jeunes Interprètes, Le mardi idéal d’Arièle Butaux, Chambre classique…) et sur Radio Classique (Passion classique d’Olivier Bellamy, Le journal du classique de Laure Mézan…) , RTBF Belgique, ainsi que la radio et la télé hongroise et roumaine.

Suzana est aussi une interprète très enthousiaste de la musique contemporaine et a collaboré avec d’illustres compositeurs de nos jours, tel Thomas Adès et Eric Tanguy, dont elle a fait notamment la création mondiale de la “Rhapsodie” pour alto et piano avec Lise Berthaud au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence. Cette création a été décrite comme étant d’une “virtuosité jubilatoire” par Thierry Hillériteau (Le Figaro).

Très active aussi comme chambriste, Suzana se produit notamment avec les violoncellistes Henri Demarquette, István Várdai, Benedict Klöckner, Claudio Bohorquez, Aurélien Pascal et Yan Levionnois, les violonistes Kristóf Baráti, Josef Spacek, Alina Pogostkina, Rosanne Philippens, Alexandra Soumm, Déborah Nemtanu, Guillaume Sutre, Mayu Kishima, les altistes Lise Berthaud, Adrien Boisseau et Manuel Vioque-Judde, la soprano Karen Vourc’h, le clarinettiste Pierre Génisson, le Quatuor Zaïde et des musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Vienne, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, du Concertgebouw d’Amsterdam ou de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam.

Née en 1986 à Timişoara (Roumanie) dans une famille d’origine hongroise, Suzana Bartal a commencé ses études musicales dans sa ville natale. Trois ans plus tard, elle devient lauréate de concours nationaux et internationaux et donne son premier récital solo à l’âge de 12 ans. A 13 ans, elle apparaît pour la première fois en soliste avec orchestre. En 2005, elle décide de s’installer en France où elle étudie avec Denis Pascal, Pierre Pontier et Florent Boffard à Paris et à Lyon au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse. Entre 2011 et 2014 Suzana s’est perfectionnée auprès de Peter Frankl à l’Université Yale aux Etats-Unis. Elle y obtient son doctorat en interprétation (Doctorate of Musical Arts). Suzana a été distinguée par le Prix d’excellence Harriet Gibbs de l’Université Yale et a également enseigné à cette université en 2013 et 2014. 

Suzana a reçu les conseils de nombreuses personnalités du milieu musical qui ont influencé son parcours musical, comme A. Schiff, L. Fleisher, P. Lewis, M. Pressler, JC Pennetier, M. Raekallio ou encore les Quatuors Ysaÿe, Tokyo et Emerson en musique de chambre. Elle a été sélectionnée plusieurs fois pour le prestigieux festival International Musician’s Seminar Prussia Cove au Royaume-Uni.

Jean Yves Sebillotte-Musique aux étoiles
Jean Yves Sébillotte

Pianiste soliste au sein de l’Orchestre de l’Opéra National de Paris, il interprète le répertoire d’Opéra sous la direction de grands chefs tels que Pierre Boulez, Christof von Dohnanyi, Philippe Jordan, Zubin Mehta, Seiji Osawa, Georges Prêtre, Esa-Pekka Salonen, participe à des tournées orchestrales et des enregistrements avec Myung-Whun Chung et Philippe Jordan, et à plusieurs créations. Il joue en soliste lors de nombreux spectacles de ballets pour des chorégraphies de George Balanchine, Maurice Béjart, John Neumeier, Roland Petit, Jerome Robbins. Lors d’un gala au Palais Garnier, il interprète le Capriccio de Stravinsky sous la direction de Valery Gergiev, avec l’orchestre du Théâtre Mariinski. En avril dernier, il interprète le Duo Concertant d’Igor Stravinski.

Il se produit tant en France qu’à l’étranger, en récital, en musique de chambre, avec les solistes de l'Orchestre de l'Opéra National de Paris, et avec des chanteurs, notamment Alexandre Duhamel, Françoise Pollet, Karen Vourc’h.

Deux rencontres sont déterminantes dans sa carrière, celle de Colette Zerah, pour l’approfondissement du répertoire et du jeu pianistique, et celle du compositeur Guy Sacre, auteur du dictionnaire "La musique de piano" pour ses conseils sur les compositeurs peu joués actuellement.

Lorsque l’occasion lui est donnée de se produire dans les musées Jean-Yves Sebillotte peut satisfaire son goût pour les autres arts (Musée d’Orsay à Paris, Musée Toulouse Lautrec à Albi, Musée des Avelines à St Cloud, l’Atelier Grognard à Rueil Malmaison ou ceux de Bruxelles, Bucarest et Cluj.

Il aime également faire partager sa passion pour la musique avec des publics qui ont peu ou pas la possibilité d'aller au concert, notamment lors de festivals d’été, ou lors d’animations musicales dans des hôpitaux, des maisons de retraite, des prisons, des écoles. Il a d’ailleurs réalisé à cet effet un spectacle jeune public "la Nuit des Jouets" créé avec deux comédiennes, pour mieux faire connaître la musique de Jacques Ibert.

Discographie :

CD Jacques Ibert, Miniatures, pièces pour piano, réédition, Skarbo CD Joseph Jongen, Piano works, Etoile Prod, dist. Abeille musique CD Musica Fantasca, avec le flûtiste Benoît Fromanger.

Prix de l'Académie du disque français, réédition, Forlane, dist. DOM
CD Karlowicz complete songs, avec la mezzo Sophie de Tillesse, Pavane
CD Johannes Brahms, Robert Schumann, avec le clarinettiste Maurice Gabai, Etoile Prod.

DVD La Nuit des Jouets, Colori tempi
DVD Quatuor Jazz-Opéra de Rossini à Claude Bolling,
CD et DVD French Impressions avec le contrebassiste Thierry Barbé, Triton 2016

En soliste avec le ballet et l’Orchestre de l’Opéra National de Paris :
DVD Jewels (G. Balanchine) et DVD Proust et les intermittences du coeur (R. Petit) 

Shuichi Okada-Musique aux étoiles
 Shuichi Okada 

Né en 1995 à Bordeaux, Shuichi Okada débute l'étude du violon à l'âge de cinq ans. Après avoir commencé ses études au Conservatoire de Bordeaux avec Stéphane Rougier, il est admis au CNSMD de Paris à l'unanimité à l’âge de quinze ans, dans la classe de Roland Daugareil, Suzanne Gessner et Christophe Poiget. Passionné par la musique de chambre, il intègre la prestigieuse classe du Quatuor Ysaÿe, et a la chance de travailler avec des professeurs tels que Claire Désert, François Salque, Jérôme Pernoo ou encore le Trio Wanderer. Il participe souvent à des master-classes, notamment avec Mihaela Martin, Pavel Vernikov, Patrice Fontanarosa, Donk Suk Kang, Sarah Nemtanu, Stephan Picard...

Shuichi est sélectionné pour participer à de prestigieuses académies, comme l'Académie SeijiOzawa (Suisse), l'Académie Carl Flesch (où il obtient le Prix Stennebrüggen ainsi que le Prix Ginette Neveu), ou le Festival Santander.

Il est lauréat de nombreux concours : 2e prix au Concours international Postacchini, 1er prix au Concours international Ginette Neveu, 1er prix et Prix de la personnalité la plus remarquable au Concours international de Mirecourt, et il devient plus récemment lauréat du Concours Lipizer (Gorizia) et du Concours Fritz Kreisler (Vienne).

En 2015, il obtient le deuxième prix au Concours Markneukirchen, et reçoit le Prix Prince of Hessen lors des master-classes à la Kronberg Academy. Cela lui donne l'opportunité de jouer avec des orchestres tels que l'Orchestre lyrique d'Avignon, l'Orchestre de la Hochschule de Weimar, l'Orchestre symphonique de Nancy, l'Orchestre du DFO (à la salle Pleyel), l'Orchestre de chambre Nouvelle Europe, l'Orchestre philharmonique de Baden-Baden, le Philharmonique de Vogtland, l’Orchestre de Normandie...

Shuichi est régulièrement invité à des festivals, tels que le Festival Les vacances de Mr Haydn, le Festival de la Roque d'Anthéron dans le cadre des ensembles en résidence, le Festival de la Vézère, les Moments musicaux de La Baule, le Festival de Pâques de Deauville, le Festival de Giverny, le Festival Musique à Guéthary, Festival du Palazetto Bru Zane, où il s’est produit avec des artistes tels que Jerôme Pernoo, Jerôme Ducros, Michel Strauss, Raphael Pidoux, Jean-Claude Vanden Eyden, Peter Frankl, Philippe Jaroussky, Mathieu Herzog, Antoine Tamestit, Claire Désert, Lise Berthaud, Philippe Bernold, Pierre Fouchenneret, Itamar Golan, Jean-Claude Pennetier...

Il a eu l'occasion de jouer dans de grandes salles en tant que soliste ou en musique de chambre à la Salle Pleyel, au Théâtre des Champs-Élysées, à la Salle Cortot, la Victoria Hall de Genève, la Grande salle du Konzerthaus de Vienne, la Grande salle de la Philharmonie de Paris, la Fondation Louis Vuitton...

Depuis septembre 2016, il est en résidence à la fondation Singer Polignac avec son trio avec piano, le trio Cantor, composé de Jean-Paul Gasparian et de Gauthier Broutin.

Il va enregistrer son premier Cd en novembre prochain avec le pianiste Clément Lefebvre chez le label Mirare. 

En musique de chambre, deux CDs sont prévus l'année prochaine : les deux sextuors de Brahms chez le label B-records avec Pierre Fouchenneret, Lise Berthaud, Marie Chilemme, François Salque et Yan Levionnois ainsi que l'octuor de Schubert. 

Il joue un magnifique violon italien de Sanctus Seraphin (1735) prêté par la Fondation Zilber, et il est soutenu par la fondation Safran ainsi que la fondation l'or du Rhin. 

Guillaume Latour-Musique aux étoiles
Guillaume Latour

Originaire de Bayonne, Guillaume Latour débute l’étude du violon à l’âge de 7 ans. Il est formé par Micheline Lefèbvre au Conservatoire National de Musique de Région de Bordeaux, où il obtient ses médailles d’or de violon, musique de chambre, analyse et écriture.

En 2003, il intègre la classe d’Olivier Charlier, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il se voit attribuer un Premier Prix de violon et de musique de chambre.

Peu après, il remporte de nombreux concours, notamment le Prix Zulawski, Radio-France Royaume de la musique, ou encore le Concours International du Maroc. 

Dès lors, on le retrouve au sein de grandes scènes françaises, les salles Gaveau, Cortot, Messiaen, Le Théâtre National de Bordeaux, et le Grand Théâtre de Provence. 

Depuis une dizaine d’années, ses concerts l’ont conduit autour du monde, notamment en Chine, Iran, aux Etats-Unis, Canada, Maroc, ainsi que dans la plupart des pays européens.

Passionné également de musique de chambre, il donne un grand nombre de concerts avec le Trio Jacques Thibaud et joue en duo avec la pianiste Célimène Daudet, avec laquelle il remporte plusieurs prix internationaux aux Concours Charles Hennen (Pays-Bas), Pianello Val-Tidone (Italie) ou encore au Concours Pro-Musicis 2010 (Paris). 

Il se produit également avec des artistes de renom, tels que Roland Daugareil, Christian Ivaldi, Ami Flammer, et Jean Mouillère.

Il occupe actuellement le poste de violon solo à l’Opéra de Toulon-Provence Méditerranée, et a fait ses débuts en 2009, en qualité que chef d’orchestre, en dirigeant l’Ensemble Lachrymae.

Début à Avignon.

Léa Hennino

Reconnue comme l'une des altistes les plus prometteuses de sa génération, Léa s'est produite sur de grandes scènes internationales au côté d'artistes tel que Quatuor Modigliani, Eric Le Sage, Emmanuel Pahud, Paul Meyer, Nicolas Dautricourt, Clara Jumi-Kang, Zvi Plesser, Adam Laloum, Thorleif Tedeen, Anna Fedorova, Francois Salque, David Kadoush, Alexandra Soumm, Edgar Moreau, Alina Pogotskina, Alena Baeva, Nicholas Angelich, Gauthier Capucon, Jérôme Pernoo, Lars Anders Tomter, Nelson Goerner, Marc Coppey, Anne Queffelec, Martin Beaver, Itamar Golan, Denis Pascal...

En 2014, elle prend part à une tournée européenne de l’intégrale des quintettes de Mozart au côté de Renaud Capucon, Alina Ibragimova, Hanna Weinmeister, Gérard Caussé et Clemens Hagen.
Léa est aussi régulièrement invitée par différents ensembles comme les Dissonnances, Igiardini, Le Balcon .. Léa prend également part à la troupe du Centre de musique de chambre de Paris mené par Jérôme Pernoo pour deux saisons consécutives.

En 2016, elle interprète le concerto rhapsodie de Martinü avec le Hradec Kralové Philharmonique Orchestra en République Tchèque et est invitée par l'Armenian Philharmonique Orchestra pour la saison 2017/2018. Léa fera également ses débuts dans la symphonie concertante de Mozart avec l'Orchestre de chambre de Toulouse et tiendra la partie soliste au côté de Sebastien Hurtaud dans le Don Quichote de Strauss avec l'Orchestre de Picardie en 2019.

Sélectionnée pour participer à de prestigieuses académies internationales comme Krzyzowa Music for Europe (Pologne), Kronberg "Cello Plus" (Allemagne), Ravinia Steans Music Institut (USA), Verbier Festival Academy (Suisse), IMS Prussia Cove (Angleterre), Aurora Chamber Music (Suède), Encuentro de Santander (Espagne), elle se produit dans diverses formations lors de concerts et master classes avec notamment Tabea Zimmermann, Antoine Tamestit, Kim Kashkashian, Lars Anders Tomter, Thomas Rieble, Veronika Hagen, Pamela Frank, Miriam Fried, Ferenc Rados, Gabor Takacs-Nagy, Hatto Beyerle... Enrichie de ces nombreuses rencontres, Léa remporte des prix lors de Concours en France, Allemagne, Luxembourg et devient également lauréate de la Yamaha Music Fondation of Europe, de la Fondation Meyer et de l'Adami.

Née en 1991, Léa rentre au CRR de Paris à l'âge de 9 ans et obtient en 2008 un DEM avec les félicitations du jury dans la classe de Carole Dauphin. Lauréate du CNSMD de Paris où elle étudie auprès de Sabine Toutain et Christophe Gaugué, Léa travaille également un an avec l'altiste japonaise Nobuko Imai à Genève. Elle se perfectionne ensuite auprès de l'altiste anglais Lawrence Power à Zürich pendant deux ans. Léa est desormais academiste et embassadrice de Dakapp, application de cours en ligne.

Léa joue un alto de Charles Coquet fait pour elle en 2014 à Paris. 

Aurelien Pascal-Musique aux étoiles
Aurelien Pascal

Né en 1994 à Paris, Aurélien Pascal est issu d’une famille de musiciens. Il débute le violoncelle à 5 ans et reçoit régulièrement les conseils de János Starker. En 2010, il rentre au CNSM de Paris dans la classe de Philippe Müller, et se perfectionne par la suite avec des maîtres comme Frans Helmerson, Gautier Capuçon, et Gary Hoffman, en intégrant la prestigieuse Kronberg Academy.

 

Aurélien Pascal remporte en novembre 2014 le Premier Grand Prix, ainsi que tout les prix spéciaux dont le prix du Public au prestigieux concours Emmanuel Feuermann à la Philharmonie de Berlin à seulement 19 ans.

Il s’était déjà fait remarqué à l’international en remportant à 17 ans le 2ème prix  concours international PAULO à Helsinki grâce à son interprétation du concerto de Dutilleux « Tout un monde Lointain » avec l’Helsinki Philharmonic. Ses récents succès, à l’instar du « Publikumpreis  » de l’important FESTSPIELE Mecklenburg-Vorpommen et  son prix au premier concours Reine Elizabeth dédié au violoncelle prouvent qu’il est l’un des plus brillants représentants du violoncelle de sa génération.

Ces succès ont ouvert de nombreuses portes à un jeune soliste dont la carrière internationale prend de l’ampleur depuis le milieu de la décennie, ce qui l’amène à se produire en concerts aux côtés de grands artistes comme Augustin Dumay, András Schiff, Christian Tetzlaff, Gerard Caussé, Gidon Kremer, Franck Braley.

On a déjà pu entendre Aurélien Pascal au côté de nombreuses formations comme l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, de Bruxelles, d’Helsinki, de Liège, de Kansai, le Hong-Kong Sinfonietta, l’orchestre de chambre de Münich le Deutsche Radio Philharmonie, l’orchestre Symphonique de Barcelone, le Taipei symphony Orchestra, l’orchestre des pays de la Loire…ainsi que dans des salles et festivals prestigieux ( Festival de Verbier, Flâneries de Reims, sommets musicaux de Gstaad, rencontres musicales d’Evian, Festspiele Mecklenburg-Vorpommern, Konzerthaus Berlin, Bozar, Muziekgebouw amsterdam, Zürich Tonhalle, salle Gaveau, auditorium du Louvre…)

Invité par la fondation Orpheum, il joue sous la direction du grand chef russe Vladimir Fedoseyev le concerto n°1 de Chostakovitch à la Tonhalle de Zürich, et suite à ce concert, et invité par Howard Griffiths à enregistrer le concerto de Franz DANZI avec l’orchestre de chambre de Münich pour le label  SONY.

Chambriste passionné, sa discographie comprend également le sextuor de Brahms avec Augustin Dumay,  le Trio de Ravel paru à l’occasion du centenaire de l’œuvre, enregistré avec Svetlin Roussev et Denis Pascal.

Christian Chiron-Musique aux étoiles
Christian Chiron

 Musicien polyvalent, Christian Chiron multiplie les expériences artistiques évoluant à la fois dans le classique, le jazz et les musiques improvisées. Il se produite régulièrement sur de nombreuses scènes et dans de grands festivals: Festival international de musique des Canaries, Festival international d’Hammamet, Festival d’Avignon, « Villette Jazz Festival » , « Jazz à Vienne », Casino de Paris, Opéra de Marseille, Opéra d’Avignon, Orchestre National de Lyon …

Chambriste  confirmé, il c’est produit avec Roland Pidoux, Walter Grimmer, Paul Meyer, Jacques Di-Donato, Akiko Yamamoto, Pierre Fouchenneret, Suzana Bartal, Guillaume Latour, Manuel Vioque-Judde, Aurélien Pascal, Sébastien Surel, Aurélien Sabouret, Paul Radais …

Membre de la Société des Auteurs et Compositeur Dramatiques, il compose et interprète de nombreuses musiques de spectacles et de pièces notamment pour Emilie Valantin, Dominique Lardenois, Johanny Bert, Laurent Petigirard … Festival-in d’Avignon, Festival Cervantino de Guanajuato (Mexique) … ses expériences artistiques l’on amené à se produire à Rome, Thessalonique, Berlin, Genève, Lausanne, Tbilissi, Tunis, Hammamet, Salzbourg, Innsbruck, Sfax, Sousse … ainsi que sur les plus  grandes Scènes Nationales Françaises.

 

Parallèlement à sa carrière d’interprète et de compositeur, Christian Chiron est aussi professeur d’enseignement artistique au  C R C de  Carpentras.

 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
musique aux etoiles
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
musique aux etoiles
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
musique aux etoiles
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart
 MUSIQUE AUX ETOILES   Carpentras  les transart